On entend souvent dire que les cliniques et hôpitaux privés sélectionnent les patients. Est-ce bien le cas ?


Comme à l’hôpital, ce sont les médecins qui acceptent ou pas de prendre directement en charge un patient (ou de le ré-adresser) en fonction de leur compétence, du plateau technique dont ils disposent et des autorisations accordées à l’établissement.

Les cliniques sont plutôt demandeuses d’étendre le champ de leur activité à tous les types de pathologies. Le frein à cette extension vient des Agences Régionales de Santé (ARS), souvent sous la pression des établissements publics qui veillent à conserver leur pré carré.